Afrique
Asie
International

La Lettre de France-Asie
N°91 – Février 2024

Cette Lettre de France-Asie n°91 s’inscrit dans la nouvelle périodicité décidée lors de la dernière AG du 22 février pour nous adapter à des temps plus difficiles que par le passé. Nous remercions d’ailleurs à ce propos toutes celles et ceux qui ont payé leurs cotisations en 2023, nous permettant ainsi de terminer l’année. Nous ferons encore appel à vous le moment venu pour 2024.

Séquences africaines.

1. Afrique du sud.
Au retour de Sainte Hélène : escale à Johannesburg les 27 et 28 janvier 2024. Visite de la maison de Gandhi. Gandhi séjourna à Johannesburg en 1908 et 1909 alors qu’il travaillait comme avocat en Afrique du sud en tant qu’avocat et défenseur des droits civils. Puis traversée rapide de la ville et surtout visite de Soweto. Promenade à pied et déjeuner dans la fameuse Vilakazi Street où résidaient à la fois Desmond Tutu et Nelson Mandela (avant qu’il soit emprisonné). Nous avons vu la maison de Desmond Tutu en bas de la rue, et celle de la famille de Nelson Mandela en haut à droite, couplée à un petit restaurant. Les deux hommes étaient amis et Desmond Tutu montait souvent les Mandela prendre un café.
Déjeuner dans un restaurant au milieu de la rue. Visite du mémorial rappelant le massacre de près de 600 écoliers par le régime de l’apartheid dans ce quartier lors des manifestations de 1976 dans l’ancien township de Soweto. Ce massacre fût le symbole de la lutte contre l’apartheid.
2. Mission au Bénin et au Togo en février 2024 avec une délégation de Compétences et Développement-FIGS ( Pierre-Alexandre Mouret et Waisse Assefy).
  • Bénin (Cotonou) (du 11 au 13 février).
    RV avec Marc Vizy ambassadeur de France au Benin et de nombreux responsables: de Campus France, du Service de coopération, de Sèmè City, du Campus Pigier, de l’IUP, du Labs La GV et de l’AFD. Ainsi que l’artiste peintre Sonia Djedatin et notre ancien assistant Gaëtan Hyacinthe Zannou. Visite des locaux de FIGS.
  • Togo (du 13 au 16 février).
  • . Lomé (13 et 14)
    RV avec Augustin Favereau ambassadeur de France et plusieurs responsables : de l’AFD, du Service de coopération, de l’Université de Lomé, de l’ISDI et de l’Ecole Mariam. Visite des locaux de FIGS. Rencontre avec l’artiste peintre Youan Bi.
  • Visites personnelles (15 et 16)
    Route jusqu’au Atakpamé et la région des plateaux, avec Nicolas et Sedrine. Route encombrée de poids lourds. Une voie ferrée désaffectée longe la route. Bifurcation vers Nangbeto sur une piste poussiéreuse de terre rouge avec baobabs et termitières géantes. Etape au mémorial de Wahala (victoire franco-britannique contre l’Allemagne en 1914).
Route des esclaves : visite de la Maison Wood sur le littoral près de Lomé où les esclaves étaient parqués en sous-sol puis amenés au puit de Nimagna pour se laver avant d’embarquer sur les bateaux pour l’Amérique. A côté se trouve maintenant des cultures maraichères au bord de l’océan, mais l’érosion très importante du littoral a déjà englouti une route et les menace à terme.
Après un tour sur le bord du lac du Togo et une halte à l’Hôtel du Lac, rencontre et discussions avec des pêcheurs sur la plage de Kpeme avec au loin le terminal pour l’exportation du phosphate.

Mission Harmonie Mékong au Cambodge et en Thaïlande du 22 au 29 novembre 2023.

1. Cambodge du 22 au 25 novembre.

A Siem Reap, près des temples d’Angkor, avec Henri Bignalet responsable de la Fondation Audiens International, nous avons visité notre école de cours de français Harmonie Mékong dans les locaux du collège du Wat Bo. Au programme :

– réunion avec le professeur Ieng Neth, les autres professeurs et des anciennes élèves à l’hôtel Angkor Village.

– visite des classes et distribution de prix (dans notre bibliothèque de plus de 1000 livres) à une douzaine d’élèves (sur nos 300 élèves), les meilleurs dans chaque catégorie.
– conférence à l’Alliance Française à l’occasion du 70ème anniversaire de l’Indépendance du Cambodge avec le Prince Thomico Sisowath. Cette conférence sur le thème : « Le Cambodge, 70 ans après » était organisée par Florian Bohême conseiller des Français de l’étranger. Après la conférence Jean-Marie Cambacérès se prêta à une séance de dédicace de son livre « Sihanouk, le Roi insubmersible » (Cherche Midi).
2. Thaïlande du 26 au 29.
  • Rendez-vous et déjeuner avec S.E Jean-Paul Poimboeuf ambassadeur de France en Thaïlande : situation politique, relations bilatérales, otages thaï du Hamas, Francophonie, SMLH…
  • Participation au Loy Kratong festival.
  • Rendez-vous et dîner avec Sribhumi Sukhanetr ancien ministre, consul général de Monaco, ancien président de SMLH Thaïlande son fils Siraveth consultant, consul de Monaco et md Sasithara nouvelle présidente SMLH Thaïlande : ancienne école Harmonie Mékong, AG SMLH à Brest en juin 2024, projets…

    Départ pour Paris le 29 au matin.

Mission crypto à Neuchâtel (Suisse) du 20 au 24 septembre 2023.

Dans le cadre du développement de nos connaissances sur le Web 3, nous avons organisé une mission à Neuchâtel en Suisse du 20 au 24 septembre.

1. Neuchâtel.

Nous avions des informations, de plusieurs sources, comme quoi depuis plusieurs années la Suisse, et particulièrement le Canton de Neuchâtel, avait mis en place tout un écosystème favorable aux cryptos, et ayant attiré des centaines d’entreprises de ce secteur.
Dans ce Canton francophone, Neuchâtel est une ville à taille humaine très agréable à vivre qui s’est développée entre le lac et la montagne. Typique avec la couleur jaune de la pierre de ses grandes constructions et la Collégiale et le château (où siège le Gouvernement cantonal) qui dominent la ville.

2. Un environnement « crypto friendly ».

Sous l’impulsion de quelques pionniers du secteur et avec le soutien d’un Gouvernement cantonal éclairé, un écosystème a été peu à peu développé avec une règlementation favorable, un accueil de la Banque cantonale et une profession qui s’auto-soutient avec des réunions régulières hebdomadaires sur des sujets qui la concerne. L’ensemble réglant en concertation et d’une manière pragmatique les problèmes qui se posent essayant de leur trouver des solutions concrètes.
Pendant notre mission, grâce à Nicolas Vradis du Département économique du Canton, nous avons pu rencontrer des représentants des différents secteurs : services administratifs, avocats, financiers, media, chefs d’entreprises et politiques.
Nous avons aussi participé au crypto-talk hebdomadaire de ce réseau sur le sujet du jour : « Comment gérer ses mots de passe ? », suivi du traditionnel « beer2beer », ce qui nous a permis de discuter avec des dizaines d’acteurs du secteur.
Nous avons vu aussi des machines à distribuer des bitcoins soit avec des pièces, soit avec des billets ou des cartes bancaires. Il nous a été dit aussi que les distributeurs de billets de train de la Compagnie fédérale des chemins de fer permettaient aussi d’acheter des bitcoins. On m’a indiqué aussi qu’il en était de même à La Poste.
Ceci nous a permis d’apprendre beaucoup de choses et d’essayer de voir ce qui pourrait utilement servir en France pour ne pas brider et pour développer ce secteur du Web 3 qui fait déjà l’objet d’enjeux économiques et géopolitiques importants.

Parmi les personnes rencontrées, citons notamment : Alexis Roussel (NYM), Vincent Mignon (LEAX), Anthony Distefano (Arkka One), Alexandre Poltorak (BBC Security), Richard Détente (Grand Angle), Yves Honoré (Bity), Christophe Gérard et Lionel Jeannerat (PVH Edition, B2Bitcoin)… Nous avons aussi rencontré Anne Bramaud de Boucheron députée socialiste au Grand Conseil de l’Etat de Neuchâtel, membre de la Commission digitalisation.

3. Visites.

Entre deux RV et pendant le week-end , nous avons fait quelques visites non liées au secteur crypto.

  • Domaine viticole du Chambleau.
    Domaine viticole d’une quinzaine d’ha sur les hauteurs de Colombiers, en pleine vendanges, ayant surtout du Pinot noir (mais aussi du Pinot gris) et produisant notamment le fameux Oeil de perdrix bio.
  • Bourgeoisie (commune) de Morat.
    Morat est une petite ville dans le canton de Fribourg. La population y parle majoritairement allemand. On peut y aller en bateau du port de Neuchâtel jusqu’au lac de Morat par le canal de la Broye. Environ 1h30 de navigation.
  • Collégiale et château en haut de Neuchâtel.
    En pleine Fête des vendanges, nous sommes allés à pied par un escalier escarpé jusqu’à la Collégiale ( et son cloître) et au Château qui héberge maintenant le Gouvernement du Canton.

Mission en Roumanie du 28 juin au 4 juillet 2023.

Cette mission a été organisée suite à l’invitation de Christian Lemaître conseiller des Français de l’étranger et sociétaire du GFA mas Mathieu.
Les points forts de cette mission :

  • Viticulture
  • Web 3 et Francophonie
  • Forum des affaires franco-roumain
  • Soirée French Tech
  • Visites
1. Viticulture.

  • Dès notre arrivée, une séance de dégustation des vins de La Gravette avait été organisée par Christian Lemaître. Dans les locaux du magasin Nicolas. Nous avons présenté les vins : Vignes hautes, Gravétissime et L’intégrale, les 3 Pic Saint Loup phares qui sont à l’Elysée. Nous avons aussi donné des informations sur le GFA mas Mathieu et sur la coopérative viticole La Gravette de Corconne.
  • Plus tard, pendant notre séjour, nous avons visité la plus grande coopérative (plusieurs centaines d’ha) de la fameuse appellation Murflatar, juste avant Constanta.
2. Conférence Web 3 et Francophonie.

Nous avons fait une conférence sur « les enjeux économiques et géopolitiques du Web 3 » et sur « l’importance de la Francophonie pour la Roumanie en Afrique ». Cette conférence avait été organisée par l’IPSE (Institut de Prospective et de Sécurité en Europe) à la prestigieuse adresse de la Villa Noël (siège du Centre régional francophone), avec comme modérateur Mirel Bran correspondant du journal Le Monde à Bucarest en présence de Julien Chiappone-Lucchesi directeur de l’Institut français. De nombreuses personnalités étaient présentes notamment : Dragos Preda, Rasvan Roceanu, Jean-François Jund, Bruno Demaille, Velea Tudor, Florin Luca, Christian Bogaru, Radu Carp, Doru Cojocaru, Jean-Michel Invernizzi ou encore Gabriel-Rasvan Toader.

3. Forum des affaires franco-roumain.

En présence du Premier ministre roumain Marcel Ciolacu et du ministre du commerce extérieur français Olivier Becht, ce forum s’est tenu le 3 juillet à l’hôtel intercontinental à Bucarest. Nous avons pu y participer et rencontrer plusieurs personnalités notamment Luca Niculescu secrétaire d’Etat au MAE roumain, François Matraire directeur de Business France Roumanie, Julien Munch président de la CCI France (par ailleurs CEO de Carrefour), Adela Jansen, François Bloch ou Thierry Tomizioli.

4. Evènement French Tech.

Grâce à Christian Lemaître, un des fondateurs de la French Tech Roumanie et membre du board, nous avons pu être inscrit à cette soirée à la Résidence de France où le nombre des invités était limité. Cela nous a permis de discuter avec le président de la French Tech Grégoire Vignoux (par ailleurs fondateur de Telus International).

Nous avons pu aussi nous entretenir avec le ministre français Olivier Becht et l’ambassadrice de France Laurence Auer.

5. Visites.

Entre tous ces évènement nous avons essayé de faire quelques visites rapides pour découvrir un peu la Roumanie.

  • Dans Bucarest avec notamment le monumental « palais du peuple » construit par Ceausescu et abritant maintenant : la Chambre des députés, le Sénat, des musées, salles de conférences et administrations. C’est le plus grand palais en pierre et marbre d’Europe.
  • En Transylvanie dans les Carpates avec le château de Peles près de Sinaïa (ancienne résidence d’été des Rois. Le premier château avec électricité d’Europe) , et le château de Bran dit « château de Dracula » près de Brasov.
  • A Constanta sur la mer Noire, avec le port, la vieille ville, les plages et Mamaïa (station balnéaire animée, sur une bande de terre entre la mer Noire et le lac Siutghiol). A Constanta nous avons rencontré Roméo Stavar consul honoraire de France (par ailleurs directeur de CMA-CGM)

Mission au Benin du 13 au 20 juin 2023.

Cette mission d’une semaine au Bénin avait 3 objectifs principaux :
1. Ambassade de France, enseignement supérieur et Web 3.

  • Dès notre arrivée, l’ambassadeur de France Marc Vizy nous a reçu et mis en contact avec ses collaborateurs (notamment Guillaume Da) pour faciliter notre séjour. Il nous a ensuite convié à un dîner à la Résidence de France avec plusieurs personnalités notamment l’ambassadeur du Japon et le Nonce apostolique. Nous l’avons revu en fin de mission pour faire le bilan de notre mission et tracer des perspectives.
  • Nous avons eu un RV avec Véronique Lonneville directrice de Campus France Bénin, puis avec Wadoud Landou responsable du bureau local de FIGS-C&D. Le Président de la République du Bénin, Patrice Talon, a lancé le projet de Sémé City pour que Cotonou devienne un pôle d’innovation régional. Une Agence dépendant directement de lui a été créée pour mener à bien ce projet. C&D devrait regarder ce projet de plus prêt et y participer.
  • Nous avons fait deux conférences sur les enjeux économiques et géopolitiques du Web 3 à Epitech (Johanne Bruffaerts) et à la Chambre de Commerce (à l’initiative de l’AFRIA et du Labs IA-GV) (Roméo Kintohoundji, Wilfrid Vikpoegnan). Rencontre avec Loïc Kassamoto leader d’une plateforme Bitcoin. Entretien vidéo avec Ariel Sacramento conseiller numérique du Ministre de l’Economie et des Finances.

2. Rencontres avec les media et personnalités à Cotonou..

  • Nous avons fait plusieurs interviews avec des media privées associatives (Eriyomi Metowanu et Raoul Donvide).
  • Nous avons rencontré de nombreuses personnalités oeuvrant au Benin dans plusieurs domaines notamment : Aziz Parezo, Basile Koublénou, Angelo Ounkpatin, Nathalie Ledrapier, Christelle Chabi, Josiane Adjovi-Agbo, Arsène Atindehou et Olagnika Salam.

A Paris, dans le cadre de cette mission, nous avions rencontré  Eric Houdo et Eric Adja.

3. Contacts avec des artistes peintres.

Dans le cadre de notre projet de créer une association pour promouvoir les artistes contemporains du Golfe de Guinée, nous avons rencontré des artistes et des personnes oeuvrant dans ce secteur.
A l’Institut Français, Fabienne Bidou et Noël Vitin ainsi que Louis Oke-Agbo responsable d’une association d’artistes handicapés.
A Ouidah, nous avons visité l’atelier Soni Art peinture.

Et surtout le grand maître de la peinture Ludovic Fadairo nous a reçu chez lui dans son atelier et s’est dit prêt à nous aider dans notre projet.

4. Visites à l’extérieur de Cotonou.

Le week-end des 17 et 18 juin, nous en avons profité avec notre guide Yacinthe Zanou pour visiter quelques points à l’extérieur du centre de Cotonou.

 

  • Le boulevard de la Marina avec sa fameuse statue Amazone de 30 m de haut et la route des pêcheurs qui longe la plage vers Ouidah.
  • La capitale Porto Novo avec sa cathédrale, la statue du Roi Toffa et la grande mosquée de style afro-brésilien et la commune de Bonou à l’invitation de son jeune maire Thierry Tolegbe : fleuve Ouémé, tombe du Commandant Faurax, problèmes d’eau, développement économique de la vallée (projet d’une usine de jus d’ananas), projets culturels.
  • Cité lacustre de Ganvié (40000 personnes) et Ouidah avec le temple vaudou des pythons et la porte du non-retour rappelant l’époque de l’esclavage. Notons que Che Guevara avait visité Ouidah et le temple des pythons en 1965.

L’interview de Jean-Marie Cambacérès.
Raoul Nanan Dèkandé reçoit Jean-Marie pour parler d’intelligence artificielle, de numérique et surtout de la jeunesse africaine qui est multiple et multiforme.

La Lettre de France-Asie
N°90 – Juin 2023

Cette Lettre de France-Asie n°90 est aussi spéciale que la dernière, car nous n’en avons pas publié depuis juin 2022. La situation internationale relative au COVID s’est améliorée en 2022 sauf en Chine où le pays est resté fermé et ne s’est ouvert qu’au début 2023. Nous avons pu effectuer une mission au Cambodge et une autre au Laos, pour visiter nos écoles d’Harmonie Mékong.

Mission Harmonie Mékong au Cambodge et au Laos
20 novembre au 1er décembre 2022.

Phnom Penh (Cambodge)
20 au 23 novembre 2022

Ce passage à Phnom Penh avait pour but principal de faire une Conférence sur mon livre « Sihanouk le Roi insubmersible » dans le cadre des initiatives de l’Ambassade de France pour le 100ème anniversaire de la naissance de Norodom Sihanouk ancien Roi du Cambodge et du 10ème de sa mort.

Ce bref séjour nous a permis de déjeuner avec SAR le Prince Chakrapong fils de feue SM le Roi Père Norodom Sihanouk, frère de SM le Roi Sihamoni, ancien vice-premier ministre et membre du Conseil Constitutionnel, accompagné de deux de ses enfants, le prince Buddhapong et la princesse Bophari.

Visite du nouveau Musée de l’économie et de la monnaie avec son co-directeur Blaise Kilian (qui est aussi trésorier d’Harmonie Mékong). Visite de l’exposition permanente et de l’exposition temporaire sur la visite du Roi Sisowath en France en 1906. Dans le jardin la presse du Roi Ang Dong, pour battre monnaie.

Déjeuner à la Résidence de France avec S Ex Jacques Pellet ambassadeur de France au Cambodge et son épouse, puis visite avec lui de l’exposition sur les murs de l’Ambassade avec des photos géantes de la vie de Norodom Sihanouk, notamment une photo étonnante avec Pierre Mauroy sur laquelle je me suis retrouvé.

Conférence-débat à l’Institut Français avec le directeur de l’Institut Valentin Rodriguez et Blaise Kilian. Beaucoup de jeunes parmi le public. Après la conférence, séance de dédicace de mon livre « Sihanouk le Roi insubmersible », version française et chinoise. Rencontre avec Florian Bohême conseiller des Français de l’étranger.

Siem Reap
23 au 25 novembre 2022

Installation au Sala Lodges dont les chambres sont des maisons cambodgiennes traditionnelles achetées dans les villages il y a quelques années. Jonction au Grand Hôtel avec la délégation d’Audiens conduite par Henri Bignalet.

Visite de notre école Harmonie Mékong et de notre bibliothèque dans les locaux du collège bouddhiste du Wat Pho. Nous assistons avec le professeur Ieng Neth responsable de notre école au cours de français donnés par les professeurs Pok Saovannara et madame Phuong Sopheap. Nous prenons ensuite une photo sur les marches du bâtiment administratif.

Réunion ensuite avec le directeur du collège qui nous prête les locaux, et avec les professeurs pour parler de l’avenir.

Après ces réunions, dans le cadre du Centenaire de la naissance de Norodom Sihanouk, nous avons offert un exemplaire de mon livre dédicacé, au corps professoral et aux deux meilleurs anciens élèves revenus spécialement pour l’occasion.

Après une visite de la pagode et des stupas, nous avons déjeuné avec les professeurs.

Le 26 départ pour Paksé au Laos par Air lao.

Takhek (Laos)
26 au 29 novembre.

Ce fût la partie la plus fatigante de notre mission car Takhek est à 7h de route de l’aéroport de Paksé au sud du Laos auquel nous sommes arrivés en provenance de Siem Reap (Cambodge).

Après une installation à la résidence Sisouk à Paksé et un petit tour en ville, nous sommes repartis le lendemain matin pour 7 h de route, en s’arrêtant sur le bord de la route pour déjeuner, et arrivée à Takhek en fin d’après-midi. Dîner sur le Mékong avec la Thaïlande en face.

Le 28, réunion avec le directeur de l’éducation de la province de Khammouane, les directeurs du lycée qui nous héberge et du collège avec lequel nous avons un accord, Md Khamsongka directrice de notre Centre Harmonie Mékong (bibliothèque, salle de classe) et M Xayphone notre représentant à Vientiane venu spécialement pour notre visite. Bilan des deux ans écoulés et perspectives d’avenir.

Nous avons ensuite rendu hommage et fait une minute de silence en l’honneur de Chanthip Latsavan notre ancien délégué au Laos, et ami, décédé du covid au début de l’année.

Visite des locaux, visite des classes, présentation des professeurs et de la bibliothécaire… il était important qu’Henri Bignalet et la délégation d’Audiens, qui nous aide aussi pour le financement de l’école de Takhek, rencontre tout le monde et voit la réalité des actions.

Nous avons ensuite pris un repas avec tous les responsables.

Pour couper le retour à Paksé, nous nous sommes arrêtés à Savannakhet à 3h de route de Takhek et avons visité rapidement le stupa de That Hing Hang, avant de nous installer à l’hôtel pour la nuit.

Le lendemain nous avons fait les dernières 4 h de route qui restaient jusqu’à Paksé, déjeuner avec notre guide des deux derniers jours (monsieur Paul) et encore une heure de route jusqu’à Champassak.

Dernière étape : Champassak et les chutes du Mékong
29 novembre au 1er décembre

Pour terminer cette mission nous avions décidé de garder deux jours de libres pour visiter le Wat Phou à Champassak et les chutes du Mékong dans la zone des 4000 îles.

Le Wat Phou est un temple construit au temps de l’empire Khmer au XIIème siècle et une « voie royale » menait à Angkor. Le temple est sur le mont Passak où existait déjà un temple pré-angkorien.

Les chutes du Mékong à l’extrême sud du Mékong bloquèrent Doudard de La Grée dans sa recherche d’une voie pour rejoindre la Chine (de 1866 à 1868). Bloqué par les chutes il avait imaginé de découper son bateau de reconnaissance et de le faire transporter par voie ferrée au-delà des chutes. Il avait construit pour cela une voie ferrée et un pont qui existe toujours. On peut voir aussi les restes d’une locomotive témoin de cette épopée, au cours de laquelle Doudard de La Grée avait perdu la vie en 1868.

La multitude d’îles séparées par le Mékong nécessite l’utilisation de bateaux pour aller d’une à l’autre.

Hommage à Norodom Sihanouk
04 novembre 2022

Norodom Sihanouk l’ancien Roi du Cambodge est né le 31 octobre 1922 et mort le 15 octobre 2012. Le mois d’octobre 2022 était donc le 100ème anniversaire de sa naissance et le 10ème anniversaire de sa mort.

L’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) décida de commémorer ces deux anniversaires et de rendre hommage à Norodom Sihanouk un des « pères fondateurs » de la Francophonie. Cet hommage eu lieu le 4 novembre dans le bel amphithéâtre du Conseil Supérieur du Notariat à Paris.

La cérémonie animée par Isabelle Malivoir (TV5 Monde) commença par les discours des personnalités à savoir : Joel Gaudin député (Canada) président de la commission des affaires parlementaires de l’APF, Chea Cheth (en France pour l’occasion) sénateur du Cambodge président de la Commission des finances du sénat cambodgien, et SEx Sophann Ket ambassadeur du Royaume du Cambodge en France.

Après les discours, un débat, avec comme modérateur Isabelle Malivoir, permit pendant 1 heure à Jean-Marie Cambacérès ancien député, auteur de « Sihanouk le Roi insubmersible » (le Cherche Midi) et Olivier de Bernon EFEO, ancien président du musée Guimet, d’évoquer le souvenir de Norodom Sihanouk qui a dominé la scène politique du Cambodge à différents titres de 1941 à sa mort, mais qui était aussi poète, écrivain, cinéaste et chanteur.

Un cocktail clôtura cette belle cérémonie qui se termina par une séance de dédicace par Jean-Marie Cambacérès de la biographie de Sihanouk, dont les droits d’auteur vont au profit de l’association Harmonie Mékong, qui organise des écoles de français dont une à Siem Reap au Cambodge. Henri Bignalet (Audiens) un des principaux soutiens d’Harmonie Mékong était présent à cette cérémonie.

Réunion avec l’ambassadeur du Laos en France
22 septembre 2022

La Lettre de France-Asie
N°89 – Juin 2022

Cette Lettre de France-Asie n°89 est encore plus spéciale que la dernière, car nous n’en avions plus publié depuis avril 2021. Les mesures sanitaires en France et dans le monde en 2021 ne nous ont pas permis de reprendre correctement nos activités et nous n’avons pu effectuer aucun voyage en Asie. En 2022 certains pays d’Asie s’ouvrent, mais d’autres comme la Chine sont toujours
fermés.

Mission Bitcoin à Bangui
27-28 mai 2022

Association Harmonie Mékong
Juin 2018

Conférence avec l’Ambassadeur François PUJOLAS, chargé des partenariats économiques avec l’Afrique
22 novembre 2021

L’Ambassadeur François PUJOLAS durant son exposé sur le thème « La france et l’Afrique », au côté de Jean-Marie Pujolas, Président du club Les Amis de l’Afrique

Avec son « Club des Amis de l’Afrique », Jean-Marie Cambacérès affirme son engagement au service de la relation refondée Afrique-France et de la Francophonie
Pour la première rencontre-débat de son Club des Amis de l’Afrique, le Président J.-M. Cambacérès a invité l’Ambassadeur François Pujolas, chargé des partenariats économiques avec l’Afrique, à dresser le tableau des relations entre la France et le Continent. Et lors d’un entretien exclusif, il nous a livré sa vision des actions à venir du Club.

Relevons tout d’abord que l’invitation lancée par le Président Jean-Marie Cambacérès pouvait sembler quelque peu inattendue, de la part de cet ancien député et personnalité très connue pour son engagement au sein de l’association France-Asie, qu’il préside depuis 1993…
« En fait, nous répond-il, cela fait vingt ans que je m’occupe aussi de l’Afrique, et particulièrement durant ces cinq dernières années [décembre 2015 à mars 2021], pendant lesquelles j’étais Président de la Commission des affaires européennes et internationales au palais d’Iéna, au CESE [le Conseil économique social et environnemental]. Nous avions en effet une forte activité avec l’Afrique, au travers des coopérations menées avec les conseils économiques et sociaux africains.

Outre les activités bilatérales, il y avait aussi notre engagement au sein de l’UCESIF – l’Union des Conseils économiques et sociaux et Institutions similaires francophones – où, bien sûr, on retrouvait aussi beaucoup d’Africains ».
C’est ainsi pour poursuivre son engagement envers l’Afrique que Jean-Marie Cambacérès a pris l’initiative, au début de 2021, de créer le Club des Amis de l’Afrique. « Les restrictions dues aux contraintes sanitaires de la Covid nous ont quelque peu freinés mais voilà, nous espérons que maintenant nos activités sont bien parties, cette première rencontre-débat en annonce d’autres. Avec mon ami Sérilo Looky, Délégué général d’Alliance Diaspora, qui m’a aidé et que je tiens à remercier, nous allons monter en puissance !
Mais je tenais à commencer avec l’invitation d’un ambassadeur du Quai d’Orsay pour présenter une vision globale de notre relation avec l’Afrique. Ensuite, nous organiserons des rencontres par pays, comme je le faisais pour l’Asie. »

Jean-Marie CAMBACÉRÈS, Président du Club des Amis de l’Afrique, et Sérilo LOOKY, Délégué général d’Alliance Diaspora, lors de la rencontre-débat sur le thème « La France et l’Afrique », à l’Hôtel Raphaël (Paris), le 22 novembre 2021

Au cours d’un exposé d’une heure, il a proposé un vaste tour d’horizon de la relation Afrique-France, particulièrement depuis le fameux discours « re-fondateur » du Président Emmanuel Macron à Ouagadougou (capitale du Burkina Faso), en novembre 2017, et tous les chantiers mis en œuvre pour donner corps à cette quête de refondation : soutien à l’entrepreneuriat privé, via l’initiative « Choose Africa » ; soutien à l’entrepreneuriat de la diaspora par le dispositif « Pass Africa » porté par le Conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA) ; soutien au financement des économies africaines (Sommet de Paris, mai 2021), notamment par le transfert au bénéfice du continent des DTS (droits de tirages spéciaux) français ; accroissement constant depuis trois ans des fonds AFD destinés à l’Afrique ; création du fonds de fonds Averroès Africa par Bpifrance ; considération affichée aux représentants de la société civile africaine (Sommet Afrique-France de Montpellier) ; début du processus de restitution des œuvres d’art aux anciennes colonies, du Bénin et du Sénégal, sans oublier le plaidoyer en faveur de l’Afrique porté par la France auprès des institutions européennes, et dont on espère quelques avancées concrètes au prochain sommet Europe-Afrique, en février 2022…

Un programme d’action articulé en trois axes
.Un tour d’horizon plutôt large, donc, qu’il faut considérer comme la première séquence de rencontres plus ciblées : « L’idée, c’est de présenter les entreprises françaises aux pays africains, et réciproquement. Aussi, nous accueillerons des délégations, nous conduirons des missions en Afrique, nous ferons des conférences… comme je le faisais avant, pour l’Asie », précise le Président Jean-Marie Cambacérès.
Et d’ajouter, après avoir déploré la récente déconvenue de l’affaire des sous-marins australiens, et relevé que l’Asie est désormais le terrain de prédilection de la compétition entre les États-Unis et la Chine pour le leadership mondial : « Je pense qu’avec l’Afrique notre action pourra être plus efficace, car nous sommes plus proches. C’est un premier point.
Le deuxième, c’est la francophonie. J’ai beaucoup travaillé sur ce sujet multilatéral, et je pense que c’est quelque chose d’important. On ne s’en rend pas assez compte en France, mais je peux affirmer que beaucoup de pays dans le monde voudraient que l’on s’en occupe plus.
Le troisième axe de notre action, c’est le bilatéral, dans tous les domaines. Nous avons beaucoup d’amis qui travaillaient dans l’éducation, la santé, l’économie, la société civile au sens large, comme je le faisais moi-même au CESE, etc… Voilà, ce sont les trois axes de nos actions à venir ».

Jean-Marie Cambacérès s’est rendu au Turkménistan, Mission au Turkménistan du 19 au 21 avril 2016

Jean-Marie Cambacérès s’est rendu au Turkménistan, un des premiers pays producteurs de gaz, frontalier de l’Iran et de l’Afghanistan (en passant par Istanbul en venant d’Almaty) du 19 au 21 avril. Le but principal de cette mission était de porter une lettre personnelle du Président de la République François Hollande au Président Turkmène Gurbanguly Berdimuhamedov.

Il a pu visiter la capitale Achgabat, la mosquée de Kiptchak avec le mausolée du Turkmenbashi, ainsi que Nisa l’ancienne ville construite à l’époque d’Alexandre le Grand et dont les fouilles sont actuellement réalisées par des archéologues Italiens et Russes. En 1994, François Mitterrand avait visité Nisa.
Outre Patrick Pascal ambassadeur de France et Dominique Gentils premier secrétaire, Jean-Marie Cambacérès a pu aussi rencontrer madame Baïnarova vice-présidente du Parlement turkmène, Alexandre Dadayev président de l’Union de entrepreneurs, ainsi que plusieurs hommes d’affaires Français.
Enfin Jean-Marie Cambacérès a été reçu par le ministre des affaires étrangères Rashid Meredov, auquel il a remis la lettre du Président Français pour le Président turkmène. Rachid Meredov a reçu Jean-marie Cambacérès pendant plus d’1 heure, ce qui au dire de l’ambassadeur de France qui l’accompagnait, est tout à fait inhabituel. L’ambassadeur a immédiatement fait un télégramme au Quai d’Orsay sur cet entretien.

Jean-marie Cambacérès a rappelé l’excellence des relations entre la France et le Turkménistan depuis la visite de François Mitterrand en 1994. Ce dernier avait été le premier chef d’Etat étranger à visiter le Turkménistan nouvellement indépendant. L’excellence de ces relations s’est traduit encore récemment par la cosignature de la France à la résolution de l’ONU réaffirmant le statut de neutralité du Turkménistan. Rachid Meredov a rappelé que le Turkménistan soutenait la France dans sa lutte contre le terrorisme, et que son pays tenait beaucoup aux relations avec la France tant sur le plan politique, économique que culturel. Le Turkménistan a besoin d’Europe et de France affirma-t-il.